Les Intéressants - Meg Wolitzer


Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais, en ce qui me concerne, je me tâte toujours la rate avant d'attaquer un roman de plus de 700 pages. Un peu comme avant de sauter dans un lac depuis plusieurs mètres de haut : on espère que l'eau sera bonne vu les efforts fournis pour crapahuter en haut du rocher d'où l'on plonge (et croyez-moi, vu mon peu d'appétence pour toute activité physique, la comparaison est lourde de sens).

Verdict : bien loin de faire un plat - celui qui brûle la peau des cuisses autant qu'il humilie en place publique -, j'ai nagé avec plaisir entre les 22 chapitres que propose Meg Wolitzer. Faut dire que la réunion de deux de mes ingrédients favoris annonçaient une croisière plutôt sympathique : un background new-yorkais, et une bande de six copains auxquels on s'attache, façon Friends, mais en version douce-amère-nostalgico-dramatique.

Point de départ : l'auteur nous emmène sur le lieu de leur rencontre : leur tipi de camp de vacances pour artistes en herbe. Comme le dit si bien Françoise, c'est le temps de l'amour, le temps des copains et de l'aventure, quand le temps va et vient, on ne pense à rien, malgré ses blessures. Oui, mais voilà, on a beau se dire qu'à quinze piges, on est le roi du monde, et qu'éternellement il y aura dans nos yeux tout le ciel bleu, bien vite arrivent les gros nuages crapouilleux des années qui dégoulinent une fois que l'on est majeur·e. Et c'est là que réside tout le talent de Meg : mêler et démêler sans linéarité les fils de l'adolescence et de la vie adulte, et raconter avec talent la manière dont un épisode heureux ou malheureux vécu avant vingt printemps peut hanter toute une vie.

Ce roman est également traversé par une réflexion lancinante sur l'amitié : une amitié nouée avant vingt printemps peut-elle traverser les décennies ? Faut-il la préserver alors que chacun semble prendre une direction différente ? La loyauté prévaut-elle sur la vérité ? Faut-il s'évaluer par rapport aux succès de nos ami·e·s (et peut-on s'en empêcher ?) ? Le récit est d'autant plus prenant que l'on suit ces six compagnons avec le regard de l'un d'entre eux, Jules, engoncée dans le souvenir de ce camp de vacances qui lui avait promis un avenir de comédienne auquel la réalité new-yorkaise lui a fait renoncer :

"Si l'on se rencontrait tous aujourd'hui, on ne deviendrait jamais amis. Tu crois qu'ils se sentiraient proches de nous si quelqu'un disait "Voici une très sympathique travailleuse sociale et un très sympathique échographiste" ? Voilà pourquoi les rencontres que l'on fait enfant peuvent sembler idéales, car on est tous égaux et on crée des liens basés seulement sur notre affection réciproque. Mais plus tard, le fait de s'être connus durant l'enfance peut devenir la pire des choses car parfois tes amis et toi vous n'avez plus rien à vous dire, à part "Tu te souviens de la rigolade en troisième, quand tes parents sont rentrés alors qu'on était complètement bourrés ?" s'il n'y avait pas la nostalgie du passé, ça s'arrêterait."

Un autre thème dans lequel baigne ces tranches de vie (et après, promis, j'arrête de vous faire croire que vous passez en revue le programme philo de terminale en lisant ce roman) : le talent. Faut-il renoncer à ses rêves artistiques une fois que l'on a enfilé son costume d'adulte? Le talent se mesure-t-il au succès rencontré ? La créativité peut-elle résister aux machines économiques ?

"Si seulement il avait possédé un talent qui se serait révélé et qu'il aurait travaillé. Ça l'aurait aidé. Un talent, ça te permet de traverser la vie."

"Le talent pouvait prendre bien des directions, en fonction de l'énergie investie, de l'économie et du contexte, et surtout en fonction de la force la plus intimidante et la plus déterminante de toutes, la chance."

Bref, si vous aussi vous vous êtes posé au moins 3 des 47,5 questions existentielles énumérées dans cet article, sortez vos pagaies, et allez naviguer entre les délicieuses 740 pages des Intéressants.

Et pour rester dans la même ambiance (ou presque) ...

#NewYork #roman #amitié

0 vue

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com