Unlock


Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais, à Paname, il est difficile d'échapper à l'engouement croissant pour les Escape Games (non pas que je sois une fana du distinguo Province/Câpitâle, mais la dernière fois que j'ai évoqué le sujet avec un quidam, il m'a rétorqué que ça devait être une "mode de parisiens" . Quelle goujaterie). Le concept ? Vous êtes enfermé·e dans une pièce avec 3 ou 4 ami·e·s aussi maso que vous, et vous disposez d'une heure pour trouver la sortie. Et pour en sortir (après avoir paradoxalement déboursé plus d'une vingtaine d'euros par tête pour y être enfermé·e), votre équipe doit tout fouiller pour dénicher des indices, résoudre des énigmes, et décoder des mécanismes de machines en tout genre, chaque Escape Game ayant un scénario et une ambiance particulière.

Aussi imaginez ma surprise lorsque j'ai appris qu'il existait un jeu de société - baptisé Unlock - inspiré des Escape games. Je pense que j'ai dû faire à peu près la même tête que ma grand-mère lorsque je lui avais appris qu'elle pouvait jouer au bowling devant la télé, lorsque la Wii nétait pas encore reléguée au rang des dinosaures parmi les consoles de jeux vidéos (petite pensée pour feu ma game boy color).

Jouer au bowling sans quilles, jouer à un escape game sans pièce à explorer, (passer tout le mois d'août sans soleil) même combat, non ?

Notez toutefois que pour jouer à Unlock, il est nécessaire d'avoir un téléphone ou une tablette sur laquelle vous devez télécharger l'application, qui permet le décompte du fameux chrono d'une heure, qui vous balance un ou deux petits indices sur demande, des énigmes audio, et sur laquelle vous pouvez tenter de rentrer différents codes afin de débloquer les mécanismes qui vous mèneront vers la sortie tant attendue.

Unlock propose trois scénarios, à chaque fois sous forme de paquets composés de cartes numérotées de différents types : des cartes objets, rouges et bleues, qu'il faut habilement combiner ; des cartes machines et lieux ; et enfin, des cartes codes, qui nécessitent une combinaison qu'il vous faudra entrer dans l'application.

Et voici sans plus tarder trois points forts suivis de trois points faibles pour vous faire débourser ou économiser 27 euros (vous remarquerez que c'est quand-même diablement moins cher qu'un réel Escape Game) :

  • Point fort n°1 : le tutoriel proposé - en plus des trois scénarios principaux - pour se familiariser rapidement avec le fonctionnement du jeu. Et ça, franchement, c'est chouette, parce que des jeux où vous mettez plus d'une heure pour en comprendre les règles avant d'y prendre plaisir, il y en a à foison.

  • Point fort n°2 : c'est un jeu coopératif, ce qui veut dire que si vous aimez unir vos forces et vos neurones à celles de vos ami·e·s, vous allez apprécier une bonne partie (sauf en cas d'échec ; dans ce cas, ça peut vite tourner au règlement de compte façon Koh-Lanta lorsqu'une équipe perd une épreuve d'immunité ; vous pourriez vous retrouver à crier comme un grand philosophe du nom de Moundir "Pourquoi ? Pourquoi être aussi corrompu ? Putain ! Education de merde ! Aucun honneur ! Aucune dignité !". Si vous êtes de cette trempe, essayez plutôt Sbires)

  • Point fort n°3 : les trois univers proposés sont très différents et travaillés, tant au niveau sonore que sur le plan des illustrations

  • Point faible n°1 : les cartes sont assez petites, et comme elles contiennent pas mal d'indices visuels, bon courage pour vos mirettes

  • Point faible n°2 : vous ne pourrez jouer qu'une seule fois à chaque scénario puisque vous en connaîtrez les rouages une fois chaque partie terminée (à moins que ce jeu, en plus de miner vos yeux, vous fasse perdre la tête toute entière)

  • Point faible n°3 : la difficulté du jeu (et pourtant, c'est pas faute d'avoir testé plusieurs vraies salles d'Escape Game, fausse parisienne que je suis). Voici à titre d'exemple nos pathétiques résultats : nous avons fini 10 minutes après la fin du chrono pour le premier scénario ; 3 minutes pour le deuxième ; et ... 40 minutes pour le troisième. Aheum.

Bref, Unlock peut vous faire passer de moments très sympathiques entre ami·e·s, à condition de ne pas être trop enclin à la frustration en cas de lose sur le chrono. La défaite pouvant nuire gravement à la santé, je concluerai ces propos par une autre citation du grand philosophe cité plus haut, : "J'ai horreur de perdre. Ça me fait faire des otites".

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque... (Cliquez donc !)

#KohLanta

25 vues

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com