Petit Pays, Gaël Faye


Voilà des mois et des mois qu'on me conseille de lire Petit Pays. Et voilà donc des mois et des mois que dès que j'entends les deux petits mots de ce titre, je poursuis dans ma tête avec "... je t'aime beaucoup". Car pour moi, Petit Pays, c'est d'abord un morceau de la chanteuse capverdienne Cesaria Evora (cliquez-donc sur la vignette en bas de l'article pour l'écouter, vos oreilles vous remercieront !).

Avec ce premier roman de Gaël Faye, j'ai quitté le Cap-Vert pour aller 6 000 kilomètres plus à l'ouest, au Burundi.

Le personnage de Gabriel nous emmène dans le décor de son enfance, peuplé de frangipaniers et de bougainvilliers, de pluvians d'Egypte, ces petits oiseaux qui nettoient les dents des crocodiles, de manguiers et de papayers, d'hippopotames ou encore de kapokiers et de lycaons. Une carte postale qui ferait rêver toute Occidental·e, comme Laure, sa correspondante française, si ce n'est que son petit pays, le Burundi - où il vit avec sa petite sœur Ana, son père expatrié français et sa mère réfugiée rwandaise - côtoie le Rwanda. L'histoire se déroulant en 1994, le petit Gabriel se retrouve en plein déchirement entre Hutus et Tutsis.

"La guerre, sans qu'on lui demande, se charge toujours de nous trouver un ennemi."

Il en voit d'abord les symptômes sans parvenir à diagnostiquer ce mal qui ronge tout son entourage. Et puis, lorsqu'il saisit les contours de ce conflit qui s'infiltre jusqu'au sein de son groupe de copains, il ne le comprend pas : "J'ai beau chercher, je ne me souviens pas du moment où l'on s'est mis à penser différemment. A considérer que, dorénavant, il y aurait nous d'un côté et, de l'autre, des ennemis, comme Francis. J'ai beau retourner mes souvenirs dans tous les sens, je ne parviens pas à me rappeler clairement l'instant où nous avons décidé de ne plus nous contenter de partager le peu que nous avions et de cesser d'avoir confiance, de voir l'autre comme un danger."

Petit pays a saisi mon cœur, qui s'est retrouvé tout chamboulé grâce à des éclats de poésie et des lichettes d'humour, qui viennent adroitement contrebalancer de terribles scènes de violence plongeant le lecteur au cœur de la guerre civile du Burundi puis du génocide rwandais. C'est également un roman lumineux sur le paradis perdu de l'enfance, et sur la difficile question de l'identité.

Et puis, un talent ne venant jamais seul, Gaël Faye est également auteur-compositeur-interprète : après avoir rassasié vos yeux avec la lecture de Petit Pays, foncez écouter la chanson éponyme (à portée de clic : cliquez sur la vignette correspondante ci-dessous) !

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque... (Cliquez donc !)

#Afrique #Premierroman

0 vue

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com