Naïf. Super. - Erlend Loe


"Nous avons tous nos passages à vide. Les jours où le non-sens se met à nous cerner de toutes parts, où nous sombrons dans le cynisme et l'ironie. Les jours où nous cessons de croire en l'amour, de croire que tout finira bien par s'arranger."

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais personnellement, j'ai une passion qui frise l'indécence pour l'établissement de listes en tout genre : les films vus, les livres à lire, les citations coups de cœur, les chansons de ma vie, et j'en passe et des meilleurs. Pas de surprise donc si je vous dis que je me suis jetée sur NaÏf. Super. lorsqu'il a été présenté lors d'une réunion du club lecture comme étant un livre sur un type qui fait des listes pour combler un passage à vide à l'aube de ses 25 ans.

"Pour une raison ou une autre, je me suis entiché de ce machin, faire des listes. C'est une bonne chose les listes. Je vais en faire toute une tripotée, je crois, dans les semaines à venir."

Et effectivement, il y en a des listes dans ce petit livre. Pour reprendre goût à la vie, le narrateur nous en livre pléthore : les choses qu'il possède, les choses qu'il ne possède pas, qui l'enthousiasmaient quand il était petit, les gens qu'il admire, les animaux qu'il a vus, ce qu'il trouve grand et long et haut. De quoi électriser tout listophile.

Parti à l'étranger, le frère du narrateur lui laisse habiter son appartement pendant ses deux semaines d'absence, pendant lesquelles il tente de se raccrocher au réel et à son éventuelle cohérence. On suit ainsi le flot des pensées d'un jeune homme un peu perdu, décalé, et le cours de ses activités. La narration reste déroutante en ce qu'elle dépasse le style du journal intime, dans lequel on livre généralement ce qu'on a fait et non ce qu'on est en train de faire. Les phrases sont courtes, brutes, écrites au présent. On aurait presque envie de les qualifier de "pauvres", mais ce dénuement permet au lecteur de se glisser dans la peau du personnage. Bouffé par des questions existentielles sur la vie, la lumière, l'univers et le temps qui passe, le narrateur se reconnecte à la marche du monde par des actions très simples et matérielles qui calment l'agitation constante de son esprit (comme jouer avec un ballon, ou faire des listes).

"Je dis que ce que je veux probablement savoir, c'est si les choses vont se stabiliser, un jour. C'est tout ce que je veux, guère plus. Mais je veux aller bien, je veux être bien. J'ai envie de douceur de vivre, j'ai envie d'une vie simple, avec beaucoup de bons moments, beaucoup de moments drôles et amusants."

La bienveillance de l'entourage du jeune homme réconforte, sa fascination pour les théories scientifiques sur le temps et la relativité interroge, et son envie de redonner un sens à sa vie rend optimiste. Bref, même si son style désarçonne, Naïf.Super. est un petit OLNI - Objet Littéraire Non Identifié - que je relirai sûrement en cas de mou.

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque... (Cliquez donc !)

#OLNI

19 vues

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com