Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle Giordano


"Vous voyez, ce n'est pas que je sois malheureuse, mais je ne suis pas vraiment heureuse non plus... Et c'est affreux, cette sensation que le bonheur m'a filé entre les doigts !"

Connaissez-vous les concepts de lectures naïve et active ?

  • Si oui, vous êtes invité·e à passer directement à la suite de cet article.

  • Si non, je vous conseille fortement de mirer cette petite vidéo réalisée par la booktubeuse Piko Books, qui explique très simplement ces notions. Perso, ça m'a permis de m'interroger sur mes modes de lecture, et je me suis couchée moins bête le jour de son visionnage.

Parce que je préfère vous prévenir : j'ai été incapable de faire une lecture naïve de ce roman de Raphaëlle Giordano. Sûrement la faute à la ritournelle pratiquée par beaucoup de personnes l'ayant lu ("Tu vas voir, ce livre va changer ta vie !"), à sa surmédiatisation, son enrobage un peu trop sucré-coloré à mon goût, et son titre qui aurait pu être une réplique d'Arielle Dombasle dans Un Indien dans la ville (après "Un cercle est un carré, un carré est un cercle").

Bref, j'ai épluché Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une avec un regard très critique. Et évidemment, je lui ai donc trouvé des défauts : il ne brille pas par la qualité de son style, les personnages manquent cruellement de profondeur et les divers stéréotypes qui ponctuent le récit ne relèvent pas son niveau. Le personnage principal à lui seul est un concentré de niaiseries : une nana qui se plaint de faire une taille 40, qui aime se faire siffler dans la rue et qui est ravie qu'on lui offre des pendentifs en forme de lotus de couleurs différentes pour fêter chaque étape de son évolution ... très peu pour moi. Mais après tout, ce n'est pas ce qu'on attend de ce roman. Ses points positifs ? De bonnes idées à glaner parmi un gloubi-boulga de développement personnel, de techniques classiques de management et de citations et proverbes zen.

Cependant, sans que ce soit un reproche adressé à ce livre-là en particulier, j'ai de grosses réserves vis-à-vis de la prolifération des livres de développement personnel. Certes, c'est une aide, un plus, un bonus, mais il ne faut pas oublier que ces techniques optimistes ne peuvent pas tout résoudre. Récemment, j'ai été extrêmement choquée par les commentaires d'une youtubeuse dont je tairai le nom, qui cherchait à convaincre l'une de ses abonnées qu'elle pouvait avoir une vision positive d'un viol qu'elle avait subi. Non mais allô quoi.

Attention donc : n'oublions pas qu'il existe des professionnels de la santé psychique et physique, compétents pour résoudre certaines difficultés, contrairement au développement personnel.

Et pour finir sur une note malheureusement négative, l'exploitation du succès de ce roman m'a fait frôler l'indigestion : tout comme le "routinologue" qui aide le personnage principal, Raphaëlle Giordano vous propose sur son site internet de faire appel à ses services ainsi qu'à ceux de sa sœur jumelle. Car on le sait, l'argent ne fait pas le bonheur... mais il contribue fortement ! Un dicton que l'auteur s'est bien gardée de glisser dans son premier roman !

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque... (Cliquez donc !)

#Flop

30 vues

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com