La dernière fugitive - Tracy Chevalier


Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais, personnellement, quand on me cause de Quaker, j'ai tout de suite l'image d'un bol de muesli qui me vient en tête (ma gourmandise grignote souvent mon imagination, que voulez-vous !). D'ailleurs, mon ami Google ne me dément pas : le deuxième résultat quand je tape ce mot clé dans ce moteur de recherche me dirige tout droit vers le site internet de la marque "experte de l'avoine".

Et même si son personnage logo a une tête mi-sympa mi-flippante (note à moi-même : faire des recherches sur la substance consommée par cette mascotte, dont semble également épris Monsieur KFC ; dans les deux cas, vous noterez que le choix d'un visage rubicond encadré de cheveux blancs est étrangement gage de réussite commerciale), je suis bien contente de vous annoncer que La dernière fugitive n'a pas pour objet de vous conter la fabuleuse épopée de la récolte de l'avoine.

Tracy Chevalier, écrivaine américaine connue pour le succès de son roman La Jeune Fille à la perle, nous transporte au milieu du XIXe siècle où nous faisons la connaissance d'une jeune femme nommée Honor Bright. Particularité de la demoiselle ? Elle fait partie de la communauté des Quakers, mouvement religieux réputé pour l'application quotidienne de règles de simplicité dans l'habillement et la conduite. Après la rupture brutale de ses fiançailles par son prétendant Samuel, elle décide de traverser l'Atlantique avec sa sœur destinée à se marier dans l'Ohio. Malheureusement, cette dernière succombe à la fièvre jaune dès leur arrivée sur le nouveau continent, laissant Honor face à sa nouvelle vie loin des siens. Couturière hors-pair chiffonnée par des difficultés d'intégration, elle découvre les paradoxes d'une Amérique symbole de liberté et étendard de l'esclavage.

"Où qu'elle puisse se trouver, si étrangers et peu accueillants que puissent être les lieux et les individus, coudre lui était au moins une activité familière."

Malgré l'avis contraire de son nouvel entourage, elle décide d'apporter sa contribution au chemin de fer clandestin pour aider les esclaves en fuite à rejoindre le nord. Petit souci : en tant que Quaker, il lui est interdit de mentir. Son attachement à ses valeurs religieuses sera donc mis à rude épreuve lors des questions sur sa participation illégale à ce réseau secret posées par les chasseurs d'esclaves, notamment celles d'un certain Donovan qui ne la laisse pas indifférente ...

"Il y a des chasseurs d'esclaves dans tout l'Ohio. Ils viennent du Kentucky ou de Virginie pour essayer de ramener les Noirs à leurs propriétaires. On a plein de fugitifs qui passent par ici en allant vers le Canada. En fait, il y a beaucoup de passage dans l'Ohio, dans un sens comme dans l'autre. Bon Dieu, il suffit de te poster à ce carrefour pour le voir. De l'est vers l'ouest, tu as les colons qui migrent pour trouver de nouvelles terres. Du sud vers le nord, tu as les esclaves en fuite qui cherchent la liberté."

L'immersion dans la pensée et le mode de vie Quaker constitue le point fort de ce roman, dont l'histoire d'une femme qui cherche sa voie envers et contre tous reste prenante malgré des personnages sans grandes nuances. Le rythme captivant de ce livre repose également sur des lettres envoyées par Honor à sa famille et ses amis restés dans son Angleterre natale, qui clôturent chaque chapitre. On regrettera toutefois le manque d'humanisation des esclaves Noirs ; bien que ce parti pris puisse se justifier par le fait que l'histoire est narrée à travers le regard de l'héroïne, l'écriture aurait pu être meilleure à propos de cette thématique.

Un bon complément au sublime Undergound Railroad de Colson Whitehead, dont il n'atteint malheureusement pas le niveau.

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque... (Cliquez donc !)

#EtatsUnis

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com