J'ai testé pour vous... lire le matin


Hep hep hep ! Je vous vois déjà en train de lever les yeux au ciel à la lecture de ce titre, à pester contre ces injonctions de tous horizons qui nous exhortent à nous lever à 5H du mat' pour méditer quotidiennement, pratique à compléter d'une séance de yoga ou d'un slow jogging nu·e dans les bois suivi d'un jeûne (l'accent dans ce mot a son importance) bienfaiteur ou d'une poignée de graines de chia. Tout ceci dans votre appartement hygge, feng-shui et minimaliste, bien entendu. Et avant d'entamer une semaine zéro sucre ou zéro déchet, ou les deux. Et tout cela, pourquoi ? Pour booster votre productivité et être heureux·se, pardi. Car comme le disent si bien Angèle et Roméo, le spleen n'est plus à la mode, c'est pas compliqué d'être heureux...

...mais je n'ai jamais été à la mode. Du moins, j'entretiens toujours un rapport compliqué avec elle. Je commence toujours par me gausser de ces nouveaux concepts (en l'occurrence, le miracle morning) mais ils finissent par s'infiltrer subrepticement dans ma tête. Et dans ma vie, du coup. Ah, les chacals. Heureusement, mon esprit critique me permet généralement de trier le bon et le mauvais de toutes ces nouvelles tendances (cf. mon aventure de contamination par la méthode Marie Kondo) pour en retirer quelques trucs sympathiques. Alors lisez cet article, qui sait, il pourrait vous donner quelques idées !

Petit disclaimer : n'oubliez pas, chacun·e fait-fait-fait c'qui lui plaît-plaît-plaît. Je me moque gentiment mais sachez que dans la liste des tendances que je liste dans ce début d'article, deux d'entre elles font partie de mon quotidien. Je vous laisse deviner lesquelles (PS : ce n'est pas le slow jogging nue dans les bois).

*

Le miracle morning est une tendance arrivée tout droit des États-Unis, partie d'un livre éponyme désormais best-seller écrit par Hal Elrod. Ce dernier encourage à se lever tôt, vers 5H30 du matin, pour profiter d'un temps à soi, ce qui serait bénéfique et pour la santé, et pour la productivité. Et rien que cette première idée de m'extirper des bras de Morphée avant même que le soleil daigne darder un petit rayon, comment vous dire... ça ne va pas être possible. Enfin, si la motivation était au rendez-vous, ça le serait. Mais je n'en ai absolument pas envie. Et hors de question de me forcer.

En revanche, ce qui me plaît dans ce concept, c'est l'idée d'une bulle pour soi, en dehors du monde et de son agitation permanente. J'aime aussi cette note positive selon laquelle chaque matin est un nouveau départ. A ce propos, si vous baragouinez quelques mots d'anglais, je vous invite à lire cet article sur le blog de Carly que je suis depuis peu, et dont j'apprécie la franchise et la bienveillance. Extrait :

“It matters how things start. Because it does. Whether it’s the beginning of a year, the beginning of a show, the beginning of a relationship, the beginning of a job (or even a book), how it begins should be carefully considered. It doesn’t mean how it starts can tell you how it ends, but beginnings mean something. Your day should be no different.”

Bref, le début d'une journée, c'est comme l'incipit d'une œuvre littéraire : mieux vaut qu'il soit bon.

Il y a quelques mois, je commençais mes journées par deux habitudes qui, au fond, ne me faisaient pas du bien : checker mes messages et mes réseaux sociaux sur mon téléphone portable, et regarder les infos à la télé en prenant mon petit-déjeuner. Sans réellement m'en rendre compte, mes première heures étaient enchaînées à un nouveau fléau qui gangrène nos vies : le FOMO, "Fear Of Missing Out", la "peur de rater" quelque chose, de passer à côté d'une information cruciale. Sauf qu'en fait, je passais à côté de moi-même.

Plutôt que de donner du temps de cerveau disponible pour des facteurs de stress, je me suis dit qu'il valait mieux me l'accorder à moi-même et pour quelque chose qui m'apaise, histoire de bien débuter ma journée : la lecture. Peut-être que c'est une pratique déjà bien ancrée dans votre quotidien, mais pour moi, ce fut une petite révolution. Démarrer ma journée par dix minutes de lecture (en buvant une tasse de thé, car je n'échappe pas au cliché de la lectrice), au lieu de pester contre les mauvaises nouvelles qui tournent en boucle à la télé, c'est me garantir l'inclusion d'une douce parenthèse dans ma journée, peu importe les rebondissements qu'elle connaîtra par la suite.

*

Alors on est d'accord, on ne dispose pas nécessairement de beaucoup de temps pour lire le matin. Et si on s'autorise cinq ou dix minutes de ce petit plaisir, c'est parfois compliqué de se plonger dans le roman en cours de lecture pour le quitter presque aussitôt. Voici donc quatre idées adaptées à de courts intervalles de lecture, testées et approuvées !

1- Feuilleter des magazines : picorer un petit article ou deux, c'est la collation parfaite pour se mettre en bouche pour la journée ! En ce moment, je ne jure que par deux périodiques : America, une revue trimestrielle sur les États-Unis à travers le prisme de la littérature, et Flow (découvert grâce à la Khaleesi des blogueuses littéraires, Margaud Liseuse) qui nous propose de "savourer la douceur de vivre et le bonheur des choses imparfaites". Un beau programme pour se lever du bon pied !

2- Pousser la porte de La cantine de minuit : je ne suis pas très branchée mangas, mais sur les conseils du Renard doré, j'ai franchi les portes de ce drôle de restaurant ouvert de minuit à 7H du matin, où le chef vous cuisine à la demande ce qu'il est en mesure de vous servir. Par le biais de courtes histoires (idéales pour une pause lecture du matin), on découvre une galerie de personnages atypiques du fait des horaires d'ouverture originales de cette cantine de minuit. Lire ces tranches de vie le matin est un plaisir particulier, une manière de prolonger la nuit de ces protagonistes... pour se réveiller ! Un manga culinaire à déguster sans modération !

3- Se plonger dans une nouvelle : il me semble que beaucoup de lecteurs·rices sont réfractaires à ce genre littéraire, souvent parce que la lecture de nouvelles leur laisse un sentiment d'inachevé. J'en lis peu mais la lecture du recueil De l'Angleterre et des Anglais, de Graham Swift, m'a vraiment réconciliée avec cette forme de littérature. Lorsqu'une plume est aiguisée, elle révèle au sein d'une nouvelle une gamme de saveurs extrêmement puissantes. Un concentré d'émotions qui se prête bien à une brève pause lecture !

4- Participer au jury du prix hors-concours : chaque année, ce prix littéraire récompense un livre issu de l'édition indépendante. Tout le monde peut participer à l'académie des lecteurs : la première phase consiste à réceptionner au mois de juin un exemplaire papier de la bibliothèque Hors Concours, recueil d'extraits des 40 livres sélectionnés, et un bulletin de vote, pour élire ses 5 finalistes. J'y ai participé l'année dernière et c'était vraiment une belle expérience (le prix de 35 € (15 € pour les e-lecteurs) vaut vraiment le coup). Je vous la recommande car cela permet de découvrir des auteurs·rices et des maisons d'édition pas nécessairement connu·es. Un ou deux extraits le matin, et, hop, un nouveau monde s'offre à vous !

*

Voilà ! J'espère que ces idées vous plairont ! Loin de moi l'idée de révolutionner votre vie ou de vouloir vous convertir à une habitude qui nous ne sied pas, mais je trouve cela intéressant de partager nos idées et nos réflexions, bibliophiles que nous sommes (oui, je vous inclus dedans car vous ne lisez sûrement pas cet article par hasard !). N'hésitez pas à allonger cette liste d'idées ou à me faire part de votre avis sur cette proposition de lire le matin !


20 vues

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com