Une Mère - Alejandro Palomas


“J'aimerais bien apprécier les fêtes de Noël, dis-je pour passer à autre chose. Juste un peu. Comme tous les gens. Les gens normaux, je veux dire.”

Vous aimez les films de Pedro Almodóvar ? Si oui, je vous recommande fortement le roman Une Mère d'Alejandro Palomas. Un titre qui n'est pas sans rappeler un certain Tout sur ma mère...

Des dialogues qui claquent comme un drapeau au vent, des personnages flamboyants, éraflés mais allant de l'avant, du mélodrame qui flirte avec la comédie... Et de l'amour, beaucoup d'amour. Voilà les ingrédients qui font toute la saveur de ce roman. Comme dans les œuvres d'Almodóvar, une place prépondérante est accordée aux personnages féminins, au premier rang desquelles une mère, Amalia, qui décide de réunir le soir du réveillon du nouvel an son frère – le truculent oncle Eduardo – et ses trois enfants : Fernando (le narrateur), la bouillonnante Sylvia, et la discrète Emma, accompagnée de sa compagne Olga. Dans l'atmosphère enivrante de Barcelone, il se pourrait bien que ce 31 décembre se clôture par un feu d'artifices de révélations de secrets ...

“On a toujours le droit de vouloir savoir.”

Une Mère m'a fait rire autant qu'il m'a touchée. Impossible de pas sourire à la lecture de répliques tendres et piquantes, et la fantasque Amalia n'y est pas pour rien ! Dans la même veine que la mère de Bridget Jones, sa propension à ne jamais vouloir laisser le silence s'installer la conduit à bien des gaffes. Mais Fernando, son fils et narrateur de cette histoire, se garde bien de limiter son portrait à celui d'une matrone fêlée. Bien au contraire, il nous emmène dans les coulisses de sa personnalité, avec ses zones d'ombre et de lumière. Il poursuit cet exercice d'analyse et de bienveillance avec les autres membres réunis autour de la table... mais aussi ceux qui ne sont plus là. En tricotant des histoires personnelles, l'auteur tisse un canevas familial unique – et pourtant si courant ! – qui laisse entrevoir entre ses mailles les blessures mais aussi les ressources parfois insoupçonnées de chacun des protagonistes.

“Pourquoi, dans cette famille, on ne se dit jamais les choses vraiment importantes ?”

Dans cette fiction qui allie humour et tendresse, Alejandro Palomas joue avec la puissance des non-dits, des ennemis qui polluent trop souvent nos vies. Il réussit à transformer ce qui est souvent laid dans une famille en quelque chose de beau et d'émouvant, sans caricaturer les relations familiales. Les tensions entre les personnages sont palpables et superbement narrées sans que cela ne devienne oppressant. Je pense qu'on peut tou·te·s se reconnaître dans ce récit de dîner de famille qui réussit avec brio à éviter les clichés trop souvent utilisés dans ce contexte. C'est simple, j'ai rarement lu un roman qui me semble aussi juste sur le thème de la famille.

Un livre rempli d'amour et de vérité à grignoter sans modération !

*

Une Mère, Alejandro Palomas, aux éditions Pocket (320 pages, 7,50 €)

Merci à ma Super Libraire du Grenier d'abondance pour ce bon conseil !

#famille #Secretsdefamille

7 vues

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com