La Daronne - Hannelore Cayre


Patience Portefeux, 53 ans, traductrice-interprète judiciaire. Cheveux blancs, bouche légèrement tordue, deux grossesses au compteur, un amoureux policier et une mère âgée dont elle doit prendre soin. La particularité de cette quinquagénaire ? Une synesthésie bimodale qui lui fait croiser sa perception des couleurs avec le sens du goût. Tel était le personnage haut en couleur (malgré des apparences ternes trompeuses !) que je devais rencontrer par l'intermédiaire d'un écran lors d'une avant-première de l'adaptation de La Daronne, d'Hannelore Cayre.


Et puis le coronavirus s'en est mêlé, l'événement a été annulé mais les éditions Points ont eu la gentillesse de m'envoyer le livre (avant les mesures de confinement !) que je n'avais pas encore lu et dont le film est issu. Notez au passage que ce roman a reçu plusieurs prix (Quais du Polar 2017, grand prix de la littérature policière 2017). J'arrive certes trois ans après les faits mais je ne peux qu'approuver ces récompenses car l'autrice m'a fait passer un très bon moment de lecture. Divertissant, tonique et cynique, ce court polar m'a permis une parenthèse légère entre deux lectures plus ardues.


J'ai toujours eu un faible pour les personnages apparemment bien rangés qui sont traversés d'un coup par un grain de folie. C'est ce qui arrive à Patience Portefeux quand elle profite de sa profession pour détourner un stock de cannabis afin de rendre sa vie et celles de ses proches un peu plus douces. Troquant son costume de banale traductrice pour celui de mafieuse, Patience devient la Daronne, bravant pour notre plus grand plaisir les interdits de la bienséance et de la loi.


Il me tarde de découvrir Isabelle Huppert dans ce rôle (j'aurais également bien vu Josiane Balasko camper ce personnage) et je vous invite à zieuter la bande annonce pour prendre la température de ce livre qui compile plein d'atouts : une écriture précise, une intrigue bien ficelée (quoique conclue un peu trop hâtivement à mon goût), un rythme prenant, une antihéroïne attachante. Avec en prime, des réflexions insolentes mais jouissives sur ce que la société fait de nos aînés. La Daronne est un petit polar impertinent qui se lit comme on savoure une repartie cinglante.

La Daronne, d'Hannelore Cayre, aux éditions Points (192 pages, 6,60 €)

Merci aux éditions Points pour l'envoi du livre !

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com