Un Pique-nique presque parfait - Faith Martin


"Alors, des projets de voyage ? ". Que ce soit avant ou après le confinement, une petite idée de séjour me trotte dans la tête : un week-end à Oxford (d'ailleurs, je suis preneuse de vos retours si vos pas vous ont déjà mené·e là-bas !). Serait-ce la faute de la superbe adaptation en série d'À la croisée des mondes par HBO et la BBC ? Vraisemblablement ! Je rêve des clochers d'Oxford, de son ambiance universitaire et botanique, sans compter qu'en matière de pèlerinage littéraire, la ville se défend bien : berceau de Lewis Carroll et de Tolkien, elle cache aussi certains décors d'Harry Potter. Aussi, lorsque Babelio m'a proposé de m'envoyer un livre dont l'intrigue se déroule dans cette ville, je n'ai pas hésité longtemps.


*


Un Pique-nique presque parfait est le deuxième tome des enquêtes d'un duo atypique et attachant : un vieux coroner nommé Clement Ryder et une jeune policière stagiaire, Trudy Loveday. Il se lit tout à fait indépendamment du premier livre (que je n'ai d'ailleurs pas lu) et sera un très bon compagnon de vos vacances d'été si cette saison de l'année rime pour vous avec roman policier. Lors de l'été 1960, Ryder & Loveday sont chargés de mener une enquête qui colle parfaitement avec le décor dans laquelle elle se déroule : après une fête de fin d'année organisée par des étudiants, un jeune homme noyé est retrouvé sur les berges d'une rivière.


Si j'ai été un peu déçue que l'homme du duo soit dans la position du sachant et la femme dans celle de la jeune et belle ingénue, j'ai toutefois vite été conquise par leur complicité et par la ténacité de Trudy Loveday dans un milieu machiste. Le choix de l'année 1960 y est sûrement pour quelque chose, et j'accorde à cette temporalité un atout non négligeable : le fait que l'enquête soit complètement dénuée de gadgets technologiques. J'ai particulièrement apprécié son aspect old school et moins carabiné que les déductions de Sherlock Holmes (quasiment impossibles à deviner pour le lecteur, ce dont se gausse d'ailleurs à juste titre le coroner Clement Ryder).


Le rythme de l'histoire est finement orchestré par la plume de Faith Martin (Jacquie Walton de son véritable nom), qui s'inscrit dans la lignée des romans so british d'Agatha Christie et des aventures plus légères d'Agatha Raisin. Des scones, du thé (glacé) et un bon roman policier : ne seraient-ce pas les ingrédients d'un été presque parfait ?

Un Pique-nique presque parfait, de Faith Martin, collection Harper Collins Noir (288 pages, 14,90 €)

Merci à Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une opération Masse Critique privilégiée !

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com