Pax et le petit soldat - Sara Pennypacker

02/06/2018

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous mais, personnellement, j'aime bien lire de temps en temps des romans jeunesse. Cela me rappelle les heures savourées dans les bibliothèques municipales ornées de grands posters "L'école des loisirs", d'où je prenais un plaisir fou à repartir avec une pile de livre dans laquelle je glissais dès que possible un album de Tom-Tom et Nana (dédicace à ceux et celles qui empruntaient des "J'aime lire" surtout pour retrouver ces deux garnements).
 

Et comment ne pas tomber sous le charme de la couverture champêtre de Pax et le petit soldat, livre dans lequel sont glissées d'autres adorables illustrations réalisées par Jon Klassen ?

 

La scène d'ouverture contrarie rapidement l'attendrissement que peut provoquer la couverture : Peter, 12 ans, est contraint par son père d'abandonner au bord d'une route forestière son ami Pax, renard qu'il a recueilli dès son plus jeune âge. Son père se retrouve de son côté dans l'obligation de délaisser Peter pour partir à la guerre, et le confie à son grand-père à des kilomètres de là. Effondré par la séparation avec son renard, l'enfant fugue pour retrouver son compagnon à quatre pattes et rencontre en chemin Vola, une étrange femme recluse dans la forêt, désenchantée du monde des hommes. En parallèle, Pax découvre la vie sauvage mais reste bien déterminé à retrouver également "son garçon".

 

Si vous avez gardé au chaud votre cœur d'enfant dans un coin de votre âme, c'est le moment de lui faire prendre l'air en vous immergeant dans l'univers poétique et pourtant terre à terre de Pax et le petit soldat. En décortiquant le monde humain par les yeux d'un renard, et celui des adultes par le regard d'un enfant, l'auteur livre une réflexion accessible aux jeunes lecteurs·rices sur la guerre à travers l'histoire d'une douce amitié. Par ailleurs, on ne peut s'empêcher de tirer des leçons quant à l'importance de la préservation de la faune et de la flore qui nous entourent. La nature sauvage n'est pas forcément là où on l'attend : la forêt découverte par un renard domestiqué semble bien pacifique à côté des humains assoiffés de guerre. Le nom de l'animal - Pax, la paix en latin - l'annonce d'ailleurs d'entrée de jeu.

 

"Laisse-moi te dire que tous les sentiments sont dangereux. L'amour, l'espoir ... Ha ! L'espoir ! Tu parlais d'un sentiment dangereux ? Non, on ne peut pas les éviter, aucun d'entre eux. Nous possédons tous en nous un monstre qui s'appelle la colère. Il peut se révéler utile : notre colère contre l'injustice peut donner de très bons résultats. Bien des maux sont réparés ainsi. Mais d'abord, nous devons tous découvrir comment civiliser le monstre."

 

Porte ouverte sur la nostalgie des jours heureux passés, cette histoire intelligemment contée par Sara Pennypacker et illustrée avec talent par Jon Klassen forme un beau roman d'apprentissage sur la difficile épreuve de la séparation.

Et pour rester dans la même ambiance, ou presque...  (Cliquez donc !) 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com