L’Étrange vie de Nobody Owens - Neil Gaiman

31/10/2019

 

 "Silas dit :

— Au-dehors, l'homme qui a tué ta famille te cherche encore, je pense, il a toujours l'intention de te tuer. 

Boh haussa les épaules.

— Et alors ? Ce n'est jamais que la mort. C'est vrai quoi, tous mes meilleurs amis sont morts.

— Oui. (Silas hésita.) Ils le sont. Et ils en ont, pour la plupart, terminé avec le monde. Pas toi. Tu es en vie, Bod. Cela veut dire que tu disposes d'un potentiel infini. Tu peux tout faire, tout fabriquer, tout rêver. Si tu changes le monde, le monde changera. Le potentiel. Une fois que tu es mort, c'est terminé. Fini. Tu as fait ce que tu as fait, rêvé ton rêve, écrit ton nom."

 

Nom d'un Shere Kan d'outre-tombe ! C'est marrant comme parfois en lisant un roman, un autre vous vient à l'esprit et puis POUF, à la fin de votre lecture, l'auteur vous révèle que sa source d'inspiration, c'est le livre que vous aviez en tête ! Cela vous est déjà arrivé ? Vous l'aurez peut-être deviné grâce à l'image qui accompagne cet article, c'est l'ombre du Livre de la Jungle, de Rudyard Kipling, qui est venue planer sur ma lecture de L'Étrange Vie de Nobody Owens, de Neil Gaiman.

 

En effet, le début de ce roman fantastique n'est pas sans rappeler le conseil des loups de la Jungle qui débattent de l'opportunité d'adopter ou non le petit Mowgli ou de le renvoyer au village humain le plus proche. Même mayonnaise pour le roman de Neil Gaiman : pour le protéger d'un terrible prédateur, les fantômes d'un cimetière décident de recueillir un bébé qu'ils baptisent Nobody (Personne, en français) Owens, du nom de ses parents fantômes adoptifs. De même que Mowgli peut compter sur la bienveillante panthère Bagheera, Nobody - Bod pour les intimes - s'appuie sur son tuteur, le mystérieux Silas, ni vivant, ni mort. Et de même que Mowgli est pourchassé par le redoutable tigre Shere Kan, Nobody est traqué par le Jack, un étrange personnage qui a tué ses parents et sa sœur et qu'il devra affronter. Dans l'attente de cette lutte finale, Bod grandit sous le regard clément de ses amis défunts. Boulangers, médecins, professeurs, le cimetière regorge de fantômes prêts à accompagner ce petit garçon curieux et courageux dans toutes les étapes de son enfance. 

 

Chaque chapitre pourrait presque constituer un conte à part entière, et le plaisir que cette lecture m'a procuré s'est décuplé par ses similitudes avec l'univers de Tim Burton dont je suis une grande fan. Ce qui fait habituellement peur est ici rassurant, ce qui peut plaire aux adultes peut faire également le régal des enfants. Comment de ne pas s'attendrir devant un petit garçon qui apprend son alphabet en recopiant des épitaphes ? Les effluves de poésie gothique se mêlent à un souffle d'humour pour sublimer des personnages attachants que vous aurez du mal à quitter une fois la dernière page du roman tournée. Un livre parfait pour se plonger dans l'ambiance d'Halloween.

 

L’Étrange Vie de Nobody Owens, de Neil Gaiman, aux éditions J'ai lu (256 pages, 6,90 €)

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com