Les Sept Mariages d'Edgar et Ludmilla - Jean-Christophe Rufin

28/03/2019

"L'irruption de l'amour est un phénomène reconnaissable entre tous, y compris par celles et ceux qui ne l'ont jamais éprouvé."

 

Après m'être plongée pour mon plus grand bonheur dans la touffeur (oui, touffeur — vous ne rencontrerez pas ce mot à tous les coins de page, mais je l'aime tellement que je le glisse dès que je peux. Rassurez-moi : avez-vous aussi des coups de cœur incongrus pour des mots de la langue française ?) qui règne dans Le Collier rouge, j'ai rencontré Edgar et Ludmilla dont les sept mariages nous sont contés par Jean-Christophe Rufin. 

 

Sept mariages : tout un programme me direz-vous, d'autant plus quand ces engagements nous font traverser toute la seconde moitié du XXème siècle. Edgar, mi-séducteur, mi-escroc, rencontre Ludmilla en URSS. Une fois leurs bagages posés en France après leur premier mariage, il tentera de se faire une place dans le monde des affaires ; elle essaiera de briller en tant que cantatrice. Au fond, chacun cherchera à faire entendre sa voix tout en espérant s'accorder à celle de l'autre. La communication dans le couple : clé du bonheur conjugal ? 

 

Les Sept mariages d'Edgar et Ludmilla ne sauraient être réduits à une morale ou à une leçon de vie. Bien au contraire. Tantôt un caprice, un jouet, une arme, tantôt un rapprochement, une réconciliation, une déclaration, le mariage se teinte de mille nuances pour nous faire apprécier l'énigme que forme chaque couple.

 

Si la partition est rythmée par les mariages et les séparations qu'on devine au titre de l'oeuvre, j'ai eu quelques difficultés dans les premiers chapitres à voir où l'auteur voulait m'emmener. Et puis, je me suis laissée subjuguer par le personnage de Ludmilla (contrairement à Edgar qui, je l'avoue, m'est resté antipathique ; j'ai du mal à pardonner aux séducteurs-menteurs, que voulez-vous...). J'ai perçu dans sa personnalité un petit je-ne-sais-quoi de la tumultueuse Zelda Fitzgerald, de l'ambitieuse Maria Callas, et de la magnétique Elizabeth Taylor, toutes ces figures féminines épatantes qui jonglaient chacune à leur manière avec l'amour sans jamais renoncer à leur construction personnelle. Des destins à la fois festifs et tragiques toujours en quête du bonheur.

 

"Il n'y a pas d'amour durable qui ne soit fondé sur l'égalité."

 

Le point fort de ce roman est l'équilibre entre un profond ancrage des personnages dans une époque et une fulgurante pulsion de vie qui traverse tout le livre... soit les deux ingrédients qui m'avaient fait succomber au charme du Collier Rouge ! Une recette qui fonctionne et qui  je l'espère  sera inscrite au menu des prochains écrits de Jean-Christophe Rufin. Par ailleurs, j'ai été particulièrement touchée par sa postface qui démontre qu'il demeure un auteur bienveillant et attentif à ses lecteurs. Humilité, honnêteté et humanité, trois qualités au service de sept mariages dans un roman ... il ne vous reste plus qu'à lui dire oui !

 

Les Sept Mariages d'Edgar et Ludmilla, de Jean-Christophe Rufin, aux éditions Gallimard que je remercie chaleureusement pour l'envoi du livre et pour m'avoir permis de rencontrer l'auteur (384 pages, 22 €)

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com