Le Secret du mari - Liane Moriarty

01/07/2019

"Voilà comment il fallait s'y prendre. Voilà comment on vivait avec un secret. Il suffisait de se lancer. De faire comme si tout allait bien. D'ignorer le nœud qui vous tordait l'estomac. De vous anesthésier de sorte que les émotions restent égales.

 

Vous aimez les secrets ? Les petits, les gros, les pas bien graves, les explosifs, les mignons, les infâmes ? Si oui, je vous recommande chaudement Le Secret du mari, de Liane Moriarty (que j'ai découverte avec Petits secrets, grands mensonges, autre excellent roman !). Je place cette autrice sur mon podium des maîtres du page-turner : plus de 500 pages sifflées en quelques jours, et aucune indigestion !

 

“Un seul et unique acte vous définissait-il à jamais ?”

 

Dans une banlieue chic australienne, décor visiblement typique de ses romans et qui n'est pas sans rappeler Wisteria Lane ainsi que  les banlieues proprettes des films de Tim Burton, Liane Moriarty tisse une toile familiale dans laquelle les secrets s'engluent et prennent au piège des femmes qui voient leurs vies basculer en un claquement de doigt. Une lettre retrouvée, une annonce à encaisser, et le château de cartes s'écroule. Sa clé de voûte ? L'école Saint-Angela, dans laquelle les personnages se croisent et se toisent sous le regard de leurs doux enfants catholiques.

 

“Curieusement, ce qui lui avait d'abord valu commentaires et autres taquineries de sa famille et de ses amis était devenu une seconde nature, au point qu'à présent sa vie était incroyablement organisée. Si être mère de famille était un sport, Cecilia serait championne olympique.”

 

En parlant de catholicisme (soit dit en passant, un arrière-plan propice au délayage des thèmes de la culpabilité et de la fidélité), l'originalité du Secret du mari tient au découpage du roman en parties correspondant aux jours de la semaine sainte. Ainsi rythmée, l'intrigue tient en haleine sans trop faire languir le lecteur ; j'ai par exemple apprécié que certains éléments soient révélés pile poil au moment où je commençais à les soupçonner. Les histoires des différents protagonistes m'ont semblé un peu moins bien raccordées que celles de Petits secrets, grands mensonges, et les thèmes traités peut-être un peu moins forts (j'avoue que l'amour marital retient moins mon attention que les violences conjugales et le harcèlement scolaire). Il n'empêche que les ingrédients des livres de Liane Moriarty m'ont encore happée : meurtre, ragots, jonglage avec les clichés (coucou les réunions Tupperware !), et bien sûr, sarcasme.

 

“Vanité, complaisance et petites trahisons. Tels furent ses pêchés le jour de la mort de sa fille. Extraordinairement banals et pourtant affreux.”

 

Mention spéciale à l'épilogue qui sublime l'effet papillon à l'échelle de nos petites vies.

 

Le Secret du Mari, de Liane Moriarty, aux éditions Albin Michel (416 pages, 21,5 €) et Le Livre de Poche (504 pages, 7,9 €)

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com