En attendant Eden - Elliot Ackerman


“ Je veux que vous compreniez Mary et ce que Mary a fait. Mais j’ignore si vous y parviendrez. Vous devez vous demander si au bout du compte, dans des circonstances similaires, vous feriez le même choix qu’elle, Dieu vous garde. À l’époque où je les rencontrai, elle et Eden, les temps étaient meilleurs. Ils essayaient alors de fonder une famille. Et des mois plus tard, cette nuit-là dans la vallée du Hamrin, j’étais assis à côté d’Eden et j’eus plus de chance que lui lorsque notre Humvee roula sur une mine, nous tuant moi et tous les autres, le laissant, lui, tout juste survivant.

Depuis lors, je continue à traîner dans les parages, je suis seulement de l’autre côté, je vois tout et j’attends.


*


Premières phrases percutantes, n'est-ce pas ? La suite de ce roman vous troublera sans doute tout autant : En attendant Eden est une histoire que le temps suspend. A moins que ce ne soit l'inverse : une histoire qui suspend le temps, qui devient élastique, qui s'étire, se tend et se relâche sans ménager le lecteur. Une dernière danse avec la mort, un chant du cygne à l'américaine.


Après avoir combattu en Irak, Eden s'enlise entre la vie et la mort, entre la réalité et ses cauchemars. A son chevet, depuis plusieurs années, sa femme Mary patiente, interprète chaque micro-signal, décide. Elle attend, comme leur ami qui nous raconte leur histoire depuis un paradis blanc.


Cette ambiance et ce triangle m'ont beaucoup fait penser au magnifique film Brothers de Jim Sheridan (que je vous recommande chaudement, avec un trio d'acteurs remarquables : Tobey Maguire, Jake Gyllenhaal et Natalie Portman). Traumatismes de guerre, relations familiales déformées, amour inconditionnel, j'ai retrouvé dans le roman d'Elliot Ackerman les ingrédients qui façonnent une atmosphère à la fois cotonneuse et électrique et qui tiennent étrangement en haleine. Son style est assez classique mais reste efficace. Quelques retournements pimentent l'intrigue mais ces rebondissements posent les rails d'un déroulement un peu trop prévisible à mon goût. Il n'empêche que je tire mon chapeau à l'auteur qui réussit l'exercice délicat de parler de l'état végétatif avec élégance et poésie. En attendant Eden fait partie de ces belles lectures qui ne m'ont pas bouleversée mais qui scintilleront dans ma bibliothèque mentale.

En attendant Eden, d'Elliot Ackerman, aux éditions Gallmeister (160 pages, 22,60 €)

Merci à Micka pour ce conseil !

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com