Les étoiles s'éteignent à l'aube - Richard Wagamese


“ Qui peut évaluer ce qu'on est ? dit Becka. J'ai l'impression que notre vérité, elle est là où on peut pas la voir. Pour ce qui est de mourir, j'pense qu'on a tous le droit de croire ce qu'on veut. ”


*


“ Jimmy disait tout le temps que nous étions un Grand Mystère. Tout. Il disait que les choses qu'ils faisaient, ces Indiens d'autrefois, c'était rien d'autre que d'apprendre à vivre avec ce mystère. Pas le résoudre, pas s'y attaquer, pas même chercher à le deviner. Juste être avec. J'crois que j'aurais aimé apprendre le secret qui permet de faire ça. ”

*

Voici deux morceaux choisis pour vous donner envie de lire Les étoiles s'éteignent à l'aube, de Richard Wagamese. De la littérature nord-américaine comme je l'aime, avec des personnages écorchés, du nature writing et un chemin vers les mystères de la nature humaine, dans ce qu'elle a de pire et de meilleur.


Dans ce roman, direction la Colombie britannique, province occidentale du Canada, où Franklin Starlight est élevé depuis seize printemps par un vieil homme à "dire les choses et à les demander sans détour. Comme ça on gagne du temps et on se pose moins de questions" (un principe qui donne énormément de saveur à tous les dialogues insérés dans le récit). Appelé au chevet de son père Eldon, mourant et rongé par l'alcool, Franklin accepte sa dernière demande : l'emmener à l'ouest pour y être enterré comme un guerrier Ojibwé. Entre promesses non tenues et espoirs déçus, quête de pardon et tentative de réconciliation, l'histoire des Starlight nous plonge dans les abîmes de l'humanité et nous fait toucher du doigt les 1001 nuances des tribus indiennes, ballottées entre coutumes et modernité. Les étoiles s'éteignent à l'aube raconte la puissance, la richesse et la dureté de la terre qu'il faut parfois creuser pour trouver ses racines. Un roman profond sur la transmission, l'amour et le pardon.

 

Les étoiles s'éteignent à l'aube, aux éditions 10/18 (312 pages, 7,60 €)

Merci à Micka pour ce beau cadeau !